top of page
  • Photo du rédacteureva layani

Je ne souhaiterai pas Bonne année

Dernière mise à jour : 9 mars

Ce matin, je me sens paralysée. Je n'arrive pas à souhaiter "bonne année" à ma famille et mes amis.

L'année dernière aussi, des centaines d'âmes aimantes m'ont envoyé de bonnes ondes, des voeux de santé, de sérénité, de joie. Et pourtant...


Je ne sais pas quoi espérer pour toute une année quand j'ai du mal à planifier la semaine qui arrive.

Alors, je vais simplement vous dire que je vous aime, vous qui avez demandé de nos nouvelles. Vous qui avez essayé de comprendre la situation avant de dénoncer. Vous qui avez manifesté votre effroi ou, au moins compris notre droit à défendre nos enfants. Vous qui n'avez rien dit.


Je vais espérer que ma mère, petit à petit, retrouve son goût pour les récits, pour les belles tables, son rire sonore et ses pincements de joues.


Je vais prier pour que mes amis, les enfants de mes amis et tous nos soldats et nos otages puissent retrouver leur vie interrompue.


Je ne vais pas supplier pour que le mot "Antisémite" cesse d'être la réponse à tous les maux du monde, je n'ai plus assez d'espoir en moi pour ça.


Par contre, je vais prier pour que l'élan de générosité que nous connaissons depuis trois mois ne s'éteigne plus. Que les étincelles de bonheur continuent à briller ici et là.


Et, surtout, que la génération de nos enfants ne devienne pas de nouveaux rescapés, meurtris de traumatismes, mais qu'ils soient, au contraire, la meilleure génération que nous n'ayons jamais connue. Des jeunes qui ont vécu le meilleur comme le pire et qui ont appris à ne pas subir, à ne pas pleurer. A se relever. Cette génération qui dansera, encore et encore.

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page